Les entreprises technologiques qui agissent contre la Russie
Les entreprises technologiques qui agissent contre la Russie

Les entreprises technologiques qui agissent contre la Russie

Pendant que guerre en Ukraine fait rage et que les forces russes se rapprochent de la capitale, Kiev. L’industrie technologique mondiale se joint aux sanctions prisent par les occidentaux (USA UE) contre la Russie du fait de son opération milliaire en Ukraine.

Quels sont les entreprises technologiques qui agissent contre la Russie ? Des éléments de réponses dans ce qui va suivre ci-dessous.

Les entreprises technologiques qui agissent contre la Russie

Ce sont des dizaines d’entreprises, dans la Silicon Valley et dans le monde, qui réagissent aux sanctions contre l’invasion russe en coupant le pays de leurs produits, services numériques et systèmes. Nous avons dressé une liste des entreprises qui ont pris des mesures contre la Russie, et nous continuerons de la mettre à jour dans les jours et les semaines à venir.

-Apple

Le géant de la technologie a annoncé qu’il suspendrait les ventes de produits en Russie en raison de sa profonde inquiétude face à l’invasion de l’Ukraine. Il a également limité l’accès à son service de paiement mobile Apple Pay et restreint la disponibilité des applications de médias d’État russes, y compris RT et l’agence de presse Sputnik, pour téléchargement en dehors de la Russie. Par mesure de sécurité pour les Ukrainiens, Apple a également désactivé le trafic et les incidents en direct en Ukraine à partir d’Apple Maps.

-Google:

La société a supprimé les médias russes financés par l’État, y compris RT, de ses fonctionnalités liées à l’actualité et de l’outil de recherche Google Actualités. Il a également suspendu la capacité des services de médias publics russes à monétiser via Google Ads sur leurs sites Web et leurs applications. En outre, il a interdit aux médias d’État russes d’utiliser les outils Google pour acheter des publicités et de placer des publicités sur les services Google, comme Gmail. Google Pay, le portefeuille numérique de l’entreprise, a bloqué plusieurs institutions financières russes de son réseau.

Meta la société mère de Facebook)

Le réseau social rebaptisé, qui possède Facebook, Instagram et WhatsApp a restreint l’accès à RT et Spoutnik au sein de l’UE et a interdit aux médias d’État russes de diffuser des publicités ou de monétiser sur ses plateformes partout dans le monde. Facebook a également refusé de mettre fin à la vérification des faits et à l’étiquetage du contenu des organes de presse publics russes – une décision que le pays a qualifiée de « censure ».

-YouTube

Le site Web de partage de vidéos et la plate-forme de médias sociaux appartenant à Google ont suspendu la capacité des chaînes de médias d’État russes à gagner de l’argent grâce à des publicités sur des vidéos.

-Twitter

Le réseau de médias sociaux a suspendu les publicités en Russie et en Ukraine pour s’assurer qu’elles ne détournent pas l’attention de la sécurité publique. (Pendant ce temps, la Russie a restreint l’accès à Twitter.)

-TikTok

L’application de médias sociaux vidéo TikTok a restreint l’accès aux comptes de médias contrôlés par l’État russe, y compris RT et Sputnik, dans l’UE. Il a également suspendu ses services de diffusion en direct et ses téléchargements de contenu depuis la Russie, à la suite de la loi du pays sur les «fausses nouvelles» qui impose une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison à ceux qui publient de fausses informations sur l’armée ou appellent publiquement à des sanctions contre la Russie. .

-Netflix

La plateforme de streaming a refusé de diffuser des chaînes de télévision publiques russes comme Channel One sur son service de streaming. Il a ensuite complètement suspendu son service en Russie.

Le MIT

Le Massachusetts Institute of Technology a rompu ses liens avec l’Institut des sciences et technologies de Skolkovo, une université de recherche russe à Moscou.

TSMC

La plus grande société de semi-conducteurs au monde, basée à Taïwan, arrête les ventes de puces à la Russie, y compris les puces de marque Elbrus conçues dans le pays.

Intel

Le fabricant de puces américain a interrompu ses ventes à la Russie. AMD : Advanced Micro Devices a également interrompu les ventes de puces informatiques à la Russie. Avec Intel, les deux sociétés représentent une grande partie du marché des processeurs de bureau.

Dell Technologies

Le fabricant d’ordinateurs s’est engagé à suspendre les ventes de ses produits en Russie et en Ukraine, promettant de surveiller de près la situation pour déterminer les prochaines étapes.

Uber : L’application de covoiturage prend ses distances avec le service russe de covoiturage Yandex.Taxi et a déclaré qu’elle prévoyait « d’accélérer » la vente de ses parts dans le service.

Bolt : La startup européenne de covoiturage a cessé ses activités en Biélorussie après que la Biélorussie a soutenu l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Son application de livraison, Bolt Market, a supprimé « tous les produits fabriqués en Russie ou associés à des entreprises russes ».

Snapchat : Le réseau social a déclaré qu’il n’afficherait pas de publicités en Russie, en Biélorussie ou en Ukraine. La société a également interrompu toutes les ventes de publicités en Russie et en Biélorussie.

Viber : le groupe japonais Rakuten, propriétaire de l’application de messagerie populaire, a déclaré qu’il supprimerait la publicité de son application en Russie.

Roku : La société, qui fabrique des boîtiers de diffusion en continu pour les téléviseurs, a annoncé qu’elle interdirait la chaîne d’information publique russe RT en Europe.

Microsoft : le géant de la technologie a déclaré qu’il supprimerait les applications multimédias appartenant à l’État russe de son magasin d’applications Windows et ne diffuserait pas d’annonces sur les sites Web de médias appartenant à l’État. Il suspend également toutes les ventes de nouveaux produits en Russie, y compris les consoles Xbox.

Nokia : L’équipementier réseau finlandais a annoncé qu’il arrêterait les livraisons vers la Russie, afin de se conformer aux sanctions imposées au pays.

Ericsson : La société suédoise de télécommunications suspendra également ses livraisons vers la Russie, selon une note interne du PDG de la société examinée par Reuters.

PayPal : la société de paiement en ligne a cessé d’accepter de nouveaux utilisateurs russes. Il avait auparavant bloqué certains utilisateurs et certaines banques russes.

GoDaddy : La société d’hébergement Web ne prend plus en charge les nouveaux enregistrements pour les domaines avec l’extension .ru, qui représente la Russie.

Oracle : Le géant des services cloud a suspendu ses opérations en Russie à la suite de l’ appel du vice-Premier ministre ukrainien Mykhailo Fedorov à l’entreprise de cesser de faire des affaires en Russie « jusqu’à ce que le conflit soit résolu ».

SAP : La société allemande de logiciels a cessé de vendre ses produits et services à la Russie pour s’aligner sur les sanctions contre le pays.

DuckDuckGo : Le moteur de recherche axé sur la confidentialité a suspendu son partenariat avec le moteur de recherche russe Yandex.

Airbnb : La plateforme a interrompu ses opérations en Russie et en Biélorussie.

Sony : Le géant de l’électronique ne sort pas son jeu phare de conduite PlayStation, Gran Turismo 7, en Russie.

Samsung : Le géant de l’électronique a suspendu les livraisons de produits vers la Russie.

About aboukam

Webmaster (concepteur-administrateur) de site web avec WordPress seulement, je ne néglige pas Joomla et Drupal. Je fais aussi du référencement naturel (SEO) fondamental à la réussite d’un projet web. Je me sers également beaucoup des réseaux sociaux pour développer l’audience d’un site web. Ici à Abidjan Côte d'Ivoire (Afrique):).

Check Also

Vivatech 2022 les 5 innovations qui ont marqué les esprits

Vivatech 2022 : les 5 innovations qui ont marqué les esprits

Le monde de la tech s’est arrêté au salon Viva Technology du 15 au 18 juin …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.